loader

Cyberattaque mondiale: Sept pays africains touchés

Les premières victimes sont les pays qui abritent des multinationales. Au plan international, plus d

V endredi 12 mai, un programme de pi- ratage de données informatiques, appelé « rançongiciel », a perturbé plusieurs entreprises dans le monde en l’espace de 24 heures. A la date du 14 mai, le pointage fait état de 150 pays déjà touchés. Comment se fait le piratage? Apres avoir pris possession des données informatiques, grâce à une faille dans le système d’exploitation Windows de Microsoft, les pirates prélèvent une rançon auprès de leurs victimes à partir de 300 dollars, soit 180 000 F, à payer en bitcoin, une monnaie virtuelle intraçable inventée en 2007. Cette méthode de paiement est privilégiée parce qu’il est hors de contrôle des Le « rançongiciel », une menace planétaire. autorités bancaires ou gou- vernementales. Aussi est-elle acceptée par des milliers de commerçants légaux et utili- sée par les réseaux criminels. Plus de « 200 000 victimes, essentiellement des entreprises, dans au moins 150 pays », a affirmé dimanche, le directeur d’Europol, Rob Wainwrigth, dans un entretien accordé à la chaine britannique ITV. En Afrique, d’après les infor- mations et les chiffres com- pilés par le New York Times, sept pays en sont victimes : le Maroc, l’Egypte, l’Algérie, la Tunisie, le Sénégal, le Nigéria et l’Afrique du Sud. Si aucun pays n’est particulièrement visé, la méthode, elle, préoccupe les experts des systèmes de protection informatique. Du fait de la rapidité inédite de la propagation de ce virus, la combinaison pour la première fois des fonctions logicielles malveillantes avec des vers in- formatiques, les entreprises envisagent de nouvelles précau- tions. Bien que ce programme informatique de rançonnage baptisé WanaCrypt0r 2.0, ait été identifié par Microsoft, les pirates pourraient changer de mode opératoire, aidés en cela par l’appât du gain et les failles des systèmes informatiques.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire