loader

Comptes au 4e Trimeestre 2016: L’économie camerounaise reste résiliente

En dépit du ralentissement de l’activité observé en 2016 avec une croissance de 4,7% contre 5,8% en

L’ institut national de la statistique (INS) vient de produire les Comptes nationaux au titre du quatrième trimestre 2016. D’après ce document, l’ac- tivité économique s’est for- tement améliorée durant les trois derniers mois de l’exercice écoulé en comparaison à la même période en 2015. Sans grande surprise pour l’INS. Car en effet, le dernier trimestre de l’année, explique-t-on ici, est toujours marqué par une forte demande notamment des ménages, en raison des fêtes de fin d’année. En plus de cela, la tenue au Cameroun au cours de cette même période de la CAN féminine de football, en novembre, a contribué au grand bond enregistré dans le secteur tertiaire (+8,9 par rapport au 4e trimestre 2015), faisant de lui le « moteur de la croissance économique » d’après l’Institut. L’hôtellerie, la restauration, l’imprimerie, les transports et le tourisme sont entre autres branches qui ont pu tirer profit de cet événement sportif. En dépit de ces bonnes perfor- mances du secteur tertiaire au dernier trimestre, l’économie camerounaise en 2016, est restée influencée à l’international par le ralentissement de la crois- sance mondiale, la baisse des cours du pétrole brut (depuis 2014), et de certains produits de base et au niveau national, par l’insécurité transfrontalière. « En conséquence, le produit intérieur brut aurait connu un ralentissement dans son rythme de croissance en 2016 pour se situer à environ 4,7% contre une réalisation de 5,8% en 2015 », déclare l’INS dans sa note de synthèse. Une contreperfor- mance certes, mais un résultat tout de même appréciable au regard du contexte qui prévaut selon les analystes pour qui le caractère diversifié de l’économie camerounaise reste un atout indéniable. Du côté de la demande, la consommation des ménages a contribué pour 3,7 points, suivie par l’investissement privé (0,8 point) et dans une moindre me- sure la consommation publique (0,3 point). En effet, les prix à la consommation finale des ménages ont baissé en 2016 par rapport 2015. Soit une aug- mentation de 0,9%, en baisse de deux points par rapport à la hausse de 2,7 points enre- gistrée l’année d’avant. Ainsi, les ménages camerounais ont pu, avec le même volume de revenus, s’offrir beaucoup plus de biens. Bien qu’en recul, la croissance réalisée par le Came- roun en 2016 reste au-dessus de la moyenne de la CEMAC qui affiche 0,2% contre 1,7% en 2015. Un résultat qui permet une fois de plus de mettre en avant la résilience de l’économie camerounaise face au double choc qui affecte la sous-région.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire