loader

Perrial Jean NYODOG

Le service gagnant

Sur les courts de tennis comme dans ses bureaux feutrés de la rue Bouée de Lapeyrere à Akwa, Perrial Jean Nyodog, directeur général de Tradex, mène le jeu. Plusieurs fois champion vétéran de tournois de tennis organisés par diverses associations, il manie la raquette avec la même dextérité qu’il traite ses dossiers. Le manager débute sa journée par des foulées sur le court. Deux heures de tennis précisément qui lui donnent le punch d’affronter ses challenges de la journée. Ces 18 dernières années, la vie a souri à Tradex. Créée en 1999, la société spécialisée dans le trading, la distribution de produits pétroliers est devenue une multinationale. Quadrillant le territoire national, puis étendant ses tentacules aux pays de la sous-région. Son but premier, favoriser l’approvisionnement en produits pé- troliers des pays enclavés de la sous-région. La voix calme et posée, les doigts entrelacés, le Dg parle de l’expansion de la société avec un intérêt marqué : « Aujourd’hui avec l’entrée dans la distribution depuis 2006 et la décision d’en faire notre cœur de métier, nous voulons avoir une présence renforcée en Afrique centrale. Tradex est présente depuis 2007 en RCA où elle détient la moitié du réseau de distribution ». Par ailleurs, dit-il, « Tradex est présente au Tchad depuis 2005, sauf qu’elle n’a lancé ses activités de distribution dans ce pays que sur les quatre dernières années. Nous sommes également présents dans les activités de soutage maritime en Guinée Equatoriale. L’ensemble de ces activités représente le 1/6e (le sixième) du chiffre d’affaires que fait notre société et nous comptons renforcer notre présence sur nos différents marchés ». Un chiffre d’affaires (489,6 millions de dollars, soit près de trois milliards de F) qui fait parler de lui, puisqu’il place Tradex au septième rang des meilleures entreprises d’Afrique centrale, selon le palmarès 2017 de l’hebdomadaire Jeune Afrique. Si les performances de Tradex sont de plus en plus reconnues, il convient de rappeler que tout ne s’est pas fait en un jour. L’aventure de Perrial Jean Nyodog avec Tradex remonte en 2000, lorsqu’il devient le deuxième directeur général de l’entreprise, après Justin Dernis Ndongo Keller. Mais déjà, l’originaire de Pouma, dans la Sanaga maritime, a fait ses preuves en tant que tout premier directeur général de HYDRAC (Hydrocarbures-Analyses-Contrôles), une filiale de la Société nationale des hydrocarbures du Cameroun (SNH). Certes, Tradex lui va si bien aujourd’hui, mais Perrial Jean Nyodog aurait pu emprunter un tout autre chemin au début de la décennie 80. A sa sortie de l’Ecole nationale supérieure polytechnique de Yaoundé, le désormais ingénieur électromécanicien est contacté par Schlumberger, le géant des

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire