loader

Alimentation en eau

39 milliards de F pour trois villes

F ruit  de  la  coopération  entre entre Camwater  et le Groupement d’entreprises norvégiennes Inrigo  AS, le projet d’alimentation en  eau potable de quatre stations au  Cameroun a été expliqué récemment aux populations de la ville  de Meyomessala. La cérémonie  très courue, qui s’est déroulée  dans la salle de sessions de l’hôtel  de ville de Meyomessala, était  conduite par Alphonse Roger  Ondoa Akoa, directeur général  de Camwater, en présence du  sous-préfet,  des  élites  et  de  nombreux chefs traditionnels. En effet, le projet qui a été présenté  aux populations consistera, selon  Alphonse Roger Ondoa Akoa,  à la réhabilitation, l’extension  et le renforcement du système  d’alimentation en eau potable de  Meyomessala. Il s’agit, en fin de  compte, comme l’a précisé le Dg  de Camwater, d’un projet qui va  toucher finalement cinq villes du  pays. Il fait partie, avec d’autres  projets en cours d’exécution à  travers le territoire national, d’un  vaste programme d’investissement, engagé depuis quelques  temps, par la Camwater. C’est  l’objectif à terme, aux dires du  Dg, c’est d’atteindre un taux de  desserte de 85% en milieu urbain  et périurbain, à l’horizon 2032. Estimé à plus de 39 milliards de F,  ce projet couvre, outre Meyomessala, les villes de Nkongsamba,  Melong , Kekem et Barré-Bakem.  Il s’agit de l’aboutissement d’un  processus lancé avec la signature  d’une convention de financement,  intervenue  le  13  janvier  2017,  entre le Cameroun et Eksport  Kredit Norway S. A., une banque  norvégienne. Le projet est de  type « étude-réalisation ». Les  études ayant durée six mois, à  ce jour, les travaux d’exécution,  peuvent donc démarrer. Pour le  cas spécifique de Meyomessala, les travaux porteront sur la  construction des ouvrages de  production,  de  stockage,  de  transport  et  densification  du  réseau  de  distribution.  La  durée des travaux sera de 12 mois.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...