loader

Sud: Une zone industrielle en création

Les études de faisabilité relatives à la création d’une zone d’activités à Meyos-Yemvak au centre d’

L e directeur général de la Mission d’amé- nagement et de gestion des zones industrielles (MAGZI) était à Meyomessala, le 20 Juin dernier. Christol Georges Manon a, au cours de sa visite, échangé avec les forces vives de Meyomessala. Objectif : procéder à la restitution d’une étude de faisabilité en vue de la création d’une zone d’activités à Meyomessala. La cérémonie a eu pour cadre la salle des Actes de l’hôtel de ville, en présence du sous-préfet. Après des études de faisabilité par un cabinet d’experts, il a été question de présenter le rapport de synthèse, étape préalable à l’adoption finale qui ouvre directement les portes à la mise en œuvre, de la création d’une zone d’activités à Meyomessala. Le site retenu, selon la restitution, se trouve à Meyos-Yemvak, un village situé à cinq kilomètres sur l’axe de Sangmélima, par Koum-Yetotan. Pas moins de 100 hectares retenus, pour un coût total estimé à 11,7 milliards de F. Selon le Dg de la MAGZI, il s’agit d’un projet qui aboutira à la construction d’une zone industrielle, d’une part et permettra l’aménagement d’une zone d’activités industrielles, d’autre part. Un accent sera mis sur l’amé- lioration du cadre de vie de l’habitat, l’amélioration des conditions économiques et de l’intégration sociale urbaine. Le projet, selon les experts, s’étendra dans sa réalisation complète jusqu’en 2030. La motivation, selon les experts du cabinet conseil, vient du fait que la région du Sud abrite d’importants projets miniers, à l’instar des projets de fer de Mbalam, de Kribi (Monts Mamelles), de Nkout, le projet de calcaire de Mintom…. L’exploitation de ces différents minerais fera de cette région du Sud, une zone industrielle, convoitée par plusieurs industriels. Il est question de préserver l’intérêt public, faire de cette zone l’un des pôles de développement et de maitriser l’occupation du sol, par les industries qui souhaiteraient s’y installer.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...