loader

Ouest

Les légumes inondent les marchés

A l’entrée des principaux marchés de Bafoussam ces derniers jours, les consommateurs affluent pour s’approvisionner en produits horticoles. Surtout les légumes et fruits. Les légumes tels que les feuilles de melon et « les légumes larges » fraîchement récoltés, sont vendus à bon prix. Jeanne Ngainsom l’une des vendeuses, confie que c’est la bonne pé- riode pour les consommateurs. « Les producteurs nous vendent les légumes à bon prix. Pour que cela ne traîne pas puisqu’il faut consommer les légumes frais, nous revendons aussi rapidement », dit-elle. Dès les champs, les légumes sont vendus en ballot ou en paquets. « On achète le ballot à 10 000F actuellement. Un bon ballot peut donner environ 100 paquets. Nous revendons un bon tas ou paquet de légumes à 300F. N’imaginez pas vite que nous avons un grand bénéfice parce que les tracasseries liées au transport réduisent les profits en cette période des pluies. Il y a aussi le fait que les légumes pourrissent vite. Donc, il faut vite les écouler. C’est ainsi que nous sommes parfois obligés de vendre les paquets dès l’après-midi à partir de 200 à 250 F ». Une aubaine pour les consommateurs qui achetaient il y a encore quelques semaines, le tas de légumes entre 400 F et 500 F. Les légumes feuilles de melon et les légumes feuilles de manioc se vendent à 100 F le tas. Ils sont les plus sollicités. « Mes enfants sont tous en vacances et pendant cette période, ils mangent beaucoup. Quand on a des produits comme les légumes qui ne coûtent pas cher, on en profite. Surtout que les légumes sont conseillés et qu’on peut varier les mets qu’on confectionne avec ces légumes», apprécie Philomène Owona. Les consommateurs des autres villes en profitent aussi puisque des camions entiers chargés de légumes, partent des zones agricoles de Foumbot, Mbouda, Bafoussam à destination des grandes métropoles.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...