loader

« Nous voulons accroître la productivité »

Foudama, délégué régional de l’Agriculture et du Développement rural du Nord.

En ce début de campagne agricole dans le septentrion, quelle est la situation alimentaire de la région du Nord ? La région du Nord est sereine et sans inquiétude. Les stocks spéculateurs des produits agricoles, renforcés par les récentes récoltes de la campagne agricole 2016, de l’ordre de 1 578 034 tonnes, suffisent à souhait pour assurer la sécurité alimentaire des popula- tions jusqu’au-delà de la période de soudure. Il c o n v i e n t néanmoins de relever qu’avec la réouverture de la frontière avec la République fédérale du Nigéria, les flux sortants de denrées agricoles, surtout des céréales, ont augmenté. Ce qui a engendré, ces derniers jours, une flambée des prix sur les marchés. Le sac de maïs de 100 kg qui coûtait 11 000 F en 2016 est passé à 17 000 F en 2017, à la même période. De même, le prix du sorgho est passé de 14 000 F le sac de 100 kg à 19 000 F en ce moment. Celui du sac d’arachide, de 22 000 F à 32 000 F. Cette situation reste favorable pour les producteurs, mais pas pour les consommateurs. Aucun groupe, ni zone à risque d’insécurité alimentaire n’ont été identifiés dans la région. Qu’en est-il de la distribution des semences aux producteurs de la région ? Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a mis à la disposition des producteurs et particulièrement ceux de la région du Nord une quantité importante de semences certifiées de maïs et des semences de base de sorgho; notamment, 20 000 kg de semences de maïs de variété CMS 9015 ; 5 000 kg de semences de maïs PANNAR, de variété PAN 53 et PAN 12. 2 500 kg de semences de base de sorgho, de la variété CS54. L’objectif global étant d’accroître la productivité et d’assurer durablement la sécurité alimentaire de la région et même au-delà. Quid des conditions climatiques et météorologiques ? D’une manière globale, la campagne agricole 2017 a bien démarré, avec l’arrivée à temps des premières pluies, au mois de mai précisément, bien qu’inégalement réparties dans l’espace. La hauteur totale des pluies enregistrée en ce début de la campagne agricole 2017 est de 129,33 mm en 5 jours, contre 124,6 mm en 8 jours en 2016, soit un écart de +4,73mm et +3 jours en valeur absolue, respectivement en pluviométrie et en nombre de jours. Dans les départements du Mayo-Rey et du Faro, les semailles sont très avancées, tandis que dans le Mayo-Louti et la Bé- noué, les champs commencent à être emblavés.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...