loader

Banque-assurance : Comment le partenariat fonctionne

La diversification des sources de revenus et l’élargissement du portefeuille clientèle expliquent la

Dans une banque de la place, André N., gestionnaire clientèle, propose des prospectus délivrés par une compagnie d’assurance à ses clients « disposés ». Son employeur et une compagnie d’assurance sont liés par un partenariat qui justifie cette opération. Dans le jargon technique, on désigne cela sous le concept de bancassurance. Selon Ferdinand Meng, directeur général de Saar-Vie, compagnie d’assurance, « la bancassurance est la commercialisation des produits d’assurance dans les guichets des banques ». Les assureurs ont en effet le souci de capter «une clientèle qui ne leur est pas forcément destinée», affirme notre interlocuteur. Selon le rapport annuel du marché des assurances, exercice 2015, 16 compagnies d’assurances dommages et neuf compagnies d’assurances vie et capitalisation opèrent au Cameroun. Nombre d’entre elles nouent des partenariats avec des banques pour le placement de leurs produits. Par ailleurs, la bancassurance peut aussi être envisagée sous le prisme des établissements bancaires qui prennent des parts dans des compagnies d’assurance. Et, en partenariat avec ces dernières, ils proposent des polices d’assurance dans leurs guichets. A ce propos, Ferdinand Meng dira qu’«une compagnie d’assurances adossée à une banque solide est plus crédible ». Inversement, de nombreuses compagnies d’ assurances offrent aussi des services bancaires. La bancassurance est donc la collaboration entre les banques et les assurances. Cette pratique tend à se généraliser au Cameroun. Cependant, la bancassurance a encore des freins dans notre pays. Le premier, sans doute le plus important, reste le faible taux de bancarisation (environ 20%). C’est un handicap pour les secteurs bancaire et d’assurance, qui sont aussi privés d’une importante niche de clients. Toutefois, dans l’univers camerounais, les lignes bougent et les passerelles entre les deux secteurs sont de plus en plus visibles.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...