loader

Huile de coco vierge

Les petits pas de Minerva

A Mimboman, quartier de Yaoundé, au lieu-dit Don Bosco, une petite unité de production de l’huile de noix de coco dénommée « Minerva Food 4 You » est implantée. Cette structure a vu le jour en début décembre 2016. Initiative de la famille Meka, qui, après une étude de marché, s’est installée avec des fonds propres évalués à 12 millions de F. L’entreprise familiale emploie une dizaine d’ouvriers, parmi lesquels Yannick et Fred Meka, promoteurs de la PME originaires de la région du Sud. C’est après un séjour en Italie il y a à peine un an que Fred flaire le business. Le marché des huiles essentielles avait alors le vent en poupe en Europe. De retour à Yaoundé où réside toute sa famille, Fred Meka décide d’associer un de ses neveux, Yannick. Ensemble, ils se rendent à Edéa. Et constatent que les noix de coco sont disponibles. Après avoir pris attache avec les populations riveraines de la zone de production des noix, Fred Meka retourne en Italie où il murit son projet. Quelques mois lui suffisent pour boucler son business plan. Puis, il se rend en Chine pour acheter les machines. C’est ainsi que commence la petite histoire de Minerva, la PME camerounaise spécialisée dans l’extraction de l’huile de coco vierge. Grâce à un procédé écologique à froid, la production prend environ une semaine. Contrairement à leur concurrent dans le domaine, Yannick précise : « nous procédons par torréfaction. Le lait de noix obtenu, passe par des procédés rigoureux jusqu’à l’apparition de l’huile de coco vierge sans être chauffée ». Actuellement, le produit se vend en petites quantités. Des sachets de 150 millilitres sont mis sur le marché au prix unitaire de 4000 F. La marque cherche encore sa voie dans un environnement un peu difficile à maîtriser.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...