loader

Maïs COCA SR

Une variété à haut rendement

L ors du 44e Salon international des inventions de Genève en Suisse, tenu du 13 au 14 avril 2016, le maïs COCA SR, varié- té développée par l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD), a obtenu la médaille d’or parmi les produits à forte consommation. La même céréale a été brevetée en 2012 par l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), sous l’arrêté N°12/033/OAPI et sous la certification N°00049. La durée du brevet de la variété végétale est de 16 ans. Le mérite de cette distinction est à mettre à l’actif de la recherche agricole qui ne croise pas les bras. Notamment le développeur, Charles The, de regretté mémoire, qui a mis au point une vingtaine de variétés de maïs composites et synthétiques. Grâce aux fruits de sa recherche, la production nationale du maïs est passée de 450 000 tonnes en 1984 à environ 1,2 millions de tonnes en 2010. La principale caractéristique du maïs COCA SR dont le nom scientifique est Zea Mays L., est sa capacité d’adaptation à diverses zones agro-écologiques, notamment les Hauts-plateaux de l’Ouest et du Nord-Ouest, la résistance aux maladies, le potentiel élevé de rendement (5 à 6 tonnes à l’hectare, avec un cycle de maturité de 130 à 140 jours), la capacité à répondre aux besoins alimentaires humains (épis bouillis et/ou rôtis, bouillie, beignets, biscuits…), animal (provende pour nutrition des porcs et volaille) et industriel (fabrication de l’amidon, de la bière, de la pâte à papier). Selon les experts de l’IRAD, le maïs COCA SR résiste au stress biotiques, est résistant aux maladies foliaires d’altitude et à la striure. Le développement de cette variété a été rendu possible grâce à l’appui du gouvernement camerounais et l’accompagnement de partenaires au développement tels que l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) et l’Agence française de développement (AFD).

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...