loader

Nigeria

Le réseau ferroviaire en réhabilitation

l y a un an, le président nigérian Muhammadu Buhari inaugurait le premier train à grande vitesse reliant la capitale Abuja à la ville de Kaduna. Ce projet ambitieux avait laissé voir au sein de l’opinion nigériane une ère nouvelle dans la marche des affaires. Le projet avait été réalisé grâce aux financements de la Chine. Mercredi dernier, un accord de financement avec l’empire du Milieu allant dans ce sens a été signé afin de remettre en état le réseau ferroviaire local. La Compagnie chinoise de construction et d’ingénierie civile (CCECC) qui a réalisé les travaux est sur un autre contrat d’une grande envergure. Le président Buhari a annoncé au parlement nigérian avoir négocié un accord de prêt de 718 904 milliards de F pour la modernisation du réseau ferroviaire. La société publique de BTP chinoise et Exim Bank of China vont lancer les travaux dans les prochains jours. Ce nouveau chantier concerne la capitale économique Lagos et la ville d’Ibadan dans le nord du Nigeria. Selon Jeune Afrique version en ligne, d’autres accords,«imminents», portent sur « les tronçons Kaduna-Kano, la grande ville du nord nigérian, pour 669 264 milliards de F, et Lagos-Calabar sur la côte du Golfe de Guinée, environ 2035 milliards de F ». Pour le tronçon Lagos-Calabar, le gouvernement nigérian avait déjà signé un contrat avec la China Railway Construction Corporation en 2014. Ce qui porte ces investissements consentis par l’Etat nigérian à 12 milliards de dollars, soit 7008 milliards de F. L’accord de prêt que vient de négocier Buhari avec la Chine viendra, à en croire le gouvernement nigérian, remettre sur les rails 3 505 kilomètres de voies ferrées en piteux état. Au terme des travaux, avec la construction de nouvelles infrastructures ferroviaires, le Nigeria entend relancer son économie.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...