loader

Aéroport de Garoua: 20 milliards de F à mobiliser pour la piste

Dans la perspective de l’accueil en 2019 d’une Coupe d’Afrique des Nations (CAN) notamment, le vaste programme de réhabilitation de l’aéroport international de Garoua, engagé en 2008, pourrait connaître un coup d’accélérateur dès l’année 2018. D’un montant global de près de 30 milliards de F, seuls un peu plus de 4 milliards de F de travaux ont jusqu’ici été exécutés. Essentiellement pour la réfection de la toiture de l’aérogare, qui, à elle seule a coûté 3 milliards de F. Le gros du chantier, selon les ADC, concerne la piste aéronautique, dont les dégradations entamées depuis les années 90 ont obligé à mettre hors service 800 des 3400 m de linéaire de l’exploitation. Qui plus est, confiera le ministre des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o, lors d’une visite dans le Nord, son état de dégradation empêche l’atterrissage de gros porteurs de type Boeing 787 ou Airbus. Dès lors, la réhabilitation de la piste d’atterrissage et de la chaussée aéroportuaire, devient une priorité absolue. Les études commandées par ADC, officiellement transmises depuis le 11 juillet, chiffrent à 20 milliards de F, le montant de l’enveloppe nécessaire pour mener de tels travaux. Le gouvernement mettra tout en oeuvre pour trouver le financement, assure le MINT. A terme, les autres travaux attendus dans le cadre de ce plan de réhabilitation, concernent la sonorisation, la climatisation, la réfection de la salle VIP et des salles d’embarquement, la réhabilitation et la remise en service des espaces boutiques et restaurant.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...