loader

Sud: 500 kg de poisson vendus à Ebolowa

Une campagne de vente promotionnelle de silures est organisée depuis le 1er juillet à Ebolowa. Il y avait foule, le 1er juillet dernier, au lieudit « Carrefour Deli », à Ebolowa. Le Fonds de développement et d’investissement solidaire (Fodis), une micro-finance et ses partenaires producteurs de poisson ont aménagé un espace pour la commercialisation du poisson d’eau douce. C’était sous l’accompagnement et la supervision des responsables locaux du ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia) et du ministère du Commerce (Mincommerce). Entre acheteurs et curieux venus se renseigner sur l’opération, il s’est installé une atmosphère de marché. Objectif atteint pour les producteurs de poisson, le Fodis, grand pourvoyeur de fonds et les administrations des deux sectorielles initiateurs de de cette opération : «Nous voulions vendre, et faire le maximum de marketing. Il s’agit, par ailleurs, de communiquer autour de l’existence d’un partenariat entre les producteurs et le Fonds de développement et d’investissement solidaire, créé depuis 15 ans », a expliqué Salomon Beko‘o, coordonnateur national du Fodis. Une première étape a conduit la délégation au marché de Mefoup, sur l’axe Ebolowa-Ambam où environ 500 kg de poisson ont été vendus. Une autre cargaison d’une tonne est venue à Ebolowa. Le reste de la vente est étalée sur trois semaines, sur l’ancien site du comice agropastoral. Les populations sont venues se ravitailler en grand nombre. « Le prix est abordable contrairement à celui pratiqué dans certains points de vente de la ville. De plus, les poissons sont gros et je suis sûre de la qualité. Avec 10 000 F, j’ai obtenu environ huit poissons contrairement aux quatre que j’ai l’habitude de prendre ailleurs au même prix », a affirmé Anne Blanche A, cliente.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...