loader

E-assurance: les compagnies séduisent sur la Toile

Le concept permet de faciliter les procédures dans le secteur des assurances. Un vent de modernité souffle dans l’environnement des assurances au Cameroun. Les professionnels du secteur brisent peu à peu la fracture du numérique. Selon Fonkah Evaristus Chofor, directeur régional de Zenithe Insurance Centre-Sud-Est, « l’assureur doit emboîter le pas du numérique et suivre son client partout il va grâce à Internet ». La e-assurance apparaît donc comme la mise en ligne des produits d’assurance. A la différence de l’assurance ordinaire, elle se veut plus simple. Le client remplit une police d’assurance disponible en ligne. Le paiement de la prime se fait par virement bancaire ou par mobile money. Toutefois, il est important de se faire assister par un conseil qui apportera son éclairage sur des termes ambigus ou difficiles à comprendre. La e-assurance se distingue aussi et surtout par son caractère pratique et le gain de temps. Qu’importe le lieu ou l’heure, il suffit d’avoir une connexion Internet pour faire ses opérations d’assurance. Outre l’impératif de s’arrimer à la modernité, la e-assurance est aussi une aubaine pour les professionnels du secteur. En effet, avec le taux de pénétration d’Internet en augmentation en Afrique, (de 11 à 21% au Cameroun entre 2015 et 2016, selon le Minpostel), l’assurance pourra relever le sien qui était de 2,9% sur le continent en 2015, selon la Fédération des sociétés d’assurance de droit national africaines (FANAF). C’est l’une des motivations des opérateurs qui se tournent désormais vers Internet. En effet, en mai dernier, la compagnie Zenithe Insurance annonçait le lancement d’une plateforme digitale de distribution de ses produits. Devenant ainsi « le premier assureur de la CIMA (Conférence interafricaine des marchés d’assurances) à dématérialiser ses procédures », selon un responsable de l’agence régionale Centre-Sud- Est de la compagnie. Toujours au cours du mois de mai, en marge du forum Assurtech à Douala, l’application Mica Assurances a été présentée au public par son promoteur Protais Ayangma. Un outil spécialisé dans la distribution des produits de micro-assurance. La e-assurance commence donc à tisser sa toile au Cameroun et elle pourrait avoir de beaux jours devant elle.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...