loader

Flore service: un business presque propre et net

Malgré les impayés, l’instabilité, ce nettoyeur se déploie dans un secteur en quête de régulation. Les analystes de l’économie prétendent qu’il faut savoir tirer parti des crises. C’est ce qu’a fait la fondatrice de Flore Services au milieu des années 1990. Comptable à la régie des chemins de fer (Régifercam) alors en processus de privatisation avec son cortège de licenciements, elle profite du plan social qui normalement ne la touche pas pour se porter volontaire au départ. La compagnie proposait en effet d’encourager ceux de ses employés qui s’en iraient créer de petites entreprises généralement liées à l’ancien employeur. Moyennant de conséquentes indemnités et bousculée par le sort qu’elle voyait s’abattre sur des collègues bien plus haut placés qu’elle, mais du jour au lendemain remerciés, Nathalie Mbella se lance dès 1995. « J’avais fait deux propositions qui ont été rejetées et c’est celle de la création d’une société pour l’hygiène et la propreté qui a été agréée. J’ai alors commencé par un marché de maintenance de l’environnement des installations de la Régifercam à Bassa », se souvient la patronne qui trône aujourd’hui à la tête de 250 employés répartis sur toute l’étendue du Cameroun. En dehors du nettoyage industriel et ménager originel, il y a dans son portefeuille : la création et l’entretien d’espaces verts, la création de voiries et réseaux divers, l’aménagement paysager, la désinfection, divers travaux phytosanitaires… Mais l’histoire de Flore Services est d’abord celle d’une femme qui se soucie de propreté au bureau au point de motiver ses collègues à entretenir collectivement et individuellement le petit coin. « Durant mes voyages en Europe, j’avais constaté combien les espaces collectifs étaient toujours bien tenus et je me demandais comment est-ce qu’on peut faire pareil ici en professionnalisant ce travail », explique-t-elle. Aussi, commence-t-elle par se renseigner systématiquement sur cette activité dont le premier handicap local est la disponibilité de matériels de qualité. Une préoccupation permanente pour l’entrepreneure qui vient d’ouvrir un show-room où se trouvent exposés outils et matériels des marques dont celles qu’elle représente dans l’Afrique centrale. A force de recherches et de formations spécialisées en Allemagne et en France, elle a en fait acquis l’expertise qui la distingue aujourd’hui parmi « les trois meilleurs établissements nationaux », selon sa propre estimation. Il n’y a qu’à demander à Camrail, l’ambassade des USA, Cotco ou MTN, « un client dont les contrats ont fait beaucoup de bien » à son chiffre d’affaires et à sa réputation sur les dix dernières années avant qu’un concurrent l’évince. Ainsi va la vie de Flore Services, entre bonnes performances et chutes plus ou moins importantes de l’activité, malgré la diversification de l’offre et la permanente tension de trésorerie.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le piment garnit à nouveau les étals des différents marchés de la place. Il y a quelques semaines, ses prix ont connu une hausse. L’offre, en augmentation en ce moment, induit une baisse des prix sur les marchés. Pour 100 F, on peut avoir jusqu’à 10 fruits au marché du Mfoundi. Les tas de 500 F sont plus avantageux et permettent de faire des provisions. En effet, selon Pulcherie N., revendeuse au marché du Mfoundi, c’est la haute saison actuellement et les commerçantes s’approvisionnent auprès des femmes venues des localités voisines de Yaoundé. ...


Les férues de koki, Eru et autres mets traditionnels faits à base d’huile de palme n’ont pas de soucis à se faire sur la disponibilité de cette huile, encore moins sur ses prix. Dans les principaux marchés de la ville de Yaoundé, le litre d’huile de palme coûte en moyenne 600 F pour la variété « Dizangué » et 550 F pour la variété « Bassa ». La variété « Dizangué », réputée de meilleure qualité, est plébiscitée par les ménagères. Cependant, les prix de gros sont plus avantageux. Il faudra...


Le plantain est disponible toute l’année sur les marchés de Yaoundé. Au marché Accacia par exemple, la denrée s’acquiert à partir de 500 F pour six à huit doigts de plantain moyens. Au marché de Mvog Atangana Mballa, les petites bourses peuvent l’avoir à partir de 200F. Prosper E. explique cela par le fait que ce marché est l’un des plus grands dépôts de cette denrée alimentaire à Yaoundé. Par ailleurs, pour bénéficier des prix plus avantageux, il conseille de se rendre au deuxième échangeur (entrée sud de Yaoundé) où...