loader

Socooprage: le jus d’ananas et confitures produits à Nkometou

Un groupement de paysans de la banlieue de Yaoundé a décidé d’implanter une usine de transformation

Partis d’une coopérative de producteurs agricoles dans la région du Centre, les promoteurs de de Socooprage sont restés fidèles à leur démarche. Ils se présentent déjà, lors de la mise sur pied de leur initiative, comme des agriculteurs dynamiques et expérimentés au service de la nation. Ils entendent « être le creuset de l’agriculture de seconde génération ». Le groupe qui se dit alors prêt à transformer les produits locaux issus de l’agriculture, vient d’en faire la preuve à l’occasion de la première édition de la Journée nationale de la résilience et de la sécurité alimentaire, tenue du 1er au 3 août dernier à Yaoundé. A cette occasion, les premiers jus de fruits et confitures, à base de mangues, de bananes et d’ananas issus de leur usine ont été exposés. De même que des paquets de ces fruits séchés et de la confiture produite avec des récoltes propres. Première sortie plutôt encourageante pour les promoteurs. Dans leur phase test, ils produisent 500 bouteilles de jus naturel par jour à partir de l’usine située non loin du marché de Nkometou dans la région du Centre. Des contacts noués lors de cette première sortie est né un déclic dans le plan de développement de leur affaire. Ils envisagent désormais de produire plus de 100 000 bouteilles par an. Pourtant, il y a seulement un mois, que l’activité a commencé, à l’initiative de quelques membres qui ont cru voir un filon dans la conservation des fruits qui pullulent dans leurs champs. Une observation du marché permettra de se lancer dans l’activité. « Dans les supermarchés et dans les boutiques des quartiers de la ville de Yaoundé, il était difficile de trouver des jus naturels produits localement par des Camerounais » se souvient, Marceline Tsala, porte-parole du groupe. « En plus, nous voulions sauver l’excédent de nos récoltes et en même temps, limiter les pertes post récoltes » ajoute-t-elle. Du matériel constitué du séchoir, le décapsuleur, deux pressoirs électriques et un pressoir mécanique entre autres leur est donc offert par la FAO pour se lancer. L’usine est encore en chantier. Des enseignements leur ont été dispensés dans la transformation de jus de fruits et la gestion quotidienne de l’activité. 15 000 bouteilles C’est la capacité de production mensuelle de l’usine dans sa phase test.   « Nous allons créer des vergers » Marceline Tsala, promotrice de l’usine de fruits de Nkometou. Pourquoi vous vous êtes lancés dans l’agro-industrie ? Nous sommes restés fidèles à nous-mêmes. En mettant sur pied notre coopérative, l’ensemble des membres espérait que nous premions un jour le chemin de l’industrialisation. Nous savions que notre activité nous ouvrirait la voie à une palette d’offres extensible aux fruits disponibles dans notre bassin de production. Nous nous appuyons en priorité sur les fruits que nous cultivons nous-mêmes à travers notre coopérative. Il s’agit de la banane, des mangues, des ananas, etc. Notre souci est de faire découvrir les saveurs du Cameroun. C’est pour cela que nous nous sommes lancés dans le secteur de la transformation qui est une suite logique. La transformation des fruits nécessite de gros investissements et un savoir-faire conséquents. C’est un groupe de plus de 50 personnes. Dix personnes ont été formées pour travailler dans l’usine. Les autres membres pourront donner un coup de main lorsqu’une grosse commande nous sera faite. Nous avons pris contact avec d’autres groupements de paysans qui mènent la même activité. Des contacts avec des potentiels investisseurs sont également envisagés. Dans l’avenir, nous créerons un verger. Des démarches dans ce sens sont faites au ministère de l’Agriculture et du développement rural (MINADER) afin d’obtenir des plants à haut rendement. Vous n’êtes pas les seuls dans ce marché au Cameroun. Qu’est-ce qui vous distinguera des concurrents ? Nos confitures sont réalisées à base de plusieurs fruits. Nous vendons nos confitures à 1000 F la pot. Pour les fruits séchés, nous les proposons à partir de 600 F le sachet. Il est sans additif, sans conservateur et 100% naturel. C’est un cocktail de fruits concocté à partir de la mangue, de la banane, de l’ananas, de l’orange et du citron cultivés dans un environnement écologique bien tenu. Tout est rationnellement utilisé de la récolte à la boîte de conserve pour servir notre chaîne de production. Dans notre plan de déploiement, nous avons pensé aux hôtels de la place, aux grandes surfaces, et aux boutiques disséminés dans les quartiers.  

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire