loader

Organisations professionnelles: les PME à la traîne

La question de leur efficacité était au centre d’un atelier organisé par l’APME le 8 septembre derni

Hélène Tioma, directrice exécutive du Groupement des femmes d’affaires du Cameroun, une organisation qui compte plusieurs PME, note que son organisation a « des lacunes sur le plan technique et la recherche des financements ». René Oukem, promoteur d’une PME de transformation du bois, fait le constat que le défaut de formation des membres est un handicap au sein de son organisation professionnelle. Cette situation, commune à plusieurs autres organisations professionnelles de PME, a amené l’Agence de promotion des PME (APME) à organiser le 8 septembre dernier à Yaoundé, un atelier d’élaboration et de mise en place d’un dispositif d’amélioration de l’efficacité de ces organisations. On ne le dira jamais assez : l’union fait la force. Pour cette raison, les entreprises du même secteur créent des organisations professionnelles dans le but de renforcer les capacités de leurs membres mais aussi de les soutenir financièrement par des levées de fonds ou l’octroi de crédits. Cependant, les organisations professionnelles des PME locales se distinguent encore par leur manque d’efficacité. Dans le cadre de cet atelier de Yaoundé, elles sont une vingtaine d’organisations socio- professionnelles à avoir suivi les conseils des experts de l’APME. Outre une charte de bonnes pratiques, ces organisations professionnelles pourront bénéficier des mécanismes d’accompagnement de l’APME. Un accompagnement matérialisé par l’engagement de l’Etat à soutenir cinq promoteurs de petites et moyennes entreprises. Le 5 septembre dernier en effet, le siège de l’APME a servi de cadre à une signature de convention entre l’Etat et cinq PME dont les retombées se chiffrent à plus de 25 milliards de F d’investissement de la part de ces PME pour 437 emplois projetés. Selon le directeur général de l’APME, Jean Marie Louis Badga, « l’Agence a une fois de plus pleinement joué son rôle qui est celui d’accompagner les PME désireuses d’investir pour créer des richesses et des emplois ». Elles se joignent aux 17 PME qui ont déjà bénéficié de divers avantages fiscaux et douaniers grâce à l’accompagnement de l’APME entre décembre 2015 et février 2017. 437 C’est le nombre d’emplois qui seront créés grâce aux conventions signées le 5 septembre dernier. INTERVIEW « Il faut permettre aux PME d’accéder efficacement aux financements » Jean Marie Louis Bagda, directeur général de l’APME. Monsieur le directeur général, vous venez de signer une convention avec cinq PME de la place. D’aucuns parlent de financements. De quoi s’agit-il exactement ? Il ne s’agit pas à proprement parler d’un financement octroyé à cinq PME, mais des facilités à l’investissement connues sous le nom d’incitation à l’investissement. En effet, cette démarche rentre en droite ligne de la loi promulguée par le chef de l’Etat portant incitation à l’investissement au Cameroun. Cette loi permet aux entreprises qui investissent au Cameroun, qu’elles viennent de l’extérieur ou qui sont des PME locales, de bénéficier des incitations fiscalo-douanières. C’est-à-dire que l’Etat se déleste de l’argent qu’il devrait percevoir en ce qui concerne les enregistrements des dédouanements des marchandises, des équipements et autres effets en phase d’installation et d’exploitation pour tout ce qui est des impôts à payer. C’est une sorte de subvention que l’Etat donne aux entreprises. L’expérience que nous avons des entreprises qui ont bénéficié de cette convention, c’est qu’il y a une subvention de l’ordre de 30%. Y-a-t-il d’autres initiatives dans ce sens pour soutenir les PME camerounaises ? Nous avons un vaste programme d’accompagnement qui vise à améliorer les capacités des PME en ce qui concerne l’accès aux financements. Nous avons à titre d’exemple les programmes Kaizen que nous développons sur le terrain et qui vise l’augmentation de la productivité d’entreprise. Il y a également un programme de diagnostic et de restructuration des entreprises qui vise ici à détecter et accompagner les PME pour améliorer leur capacité de production, leur productivité et leur système de création de richesses. L’objectif final, c’est de leur permettre d’accéder efficacement aux financements. Car l’objectif final d’une entreprise, c’est de vendre les biens et services produits. Quel est l’objet de cet atelier destiné aux organisations professionnelles de PME que vous venez d’organiser ? L’accompagnement des PME demande la structuration d’un écosystème. Pour résoudre les problèmes des PME qui sont divers, nous croyons en la synergie des actions. Nous voulons par cette initiative destinée aux organisations professionnelles, créer les meilleures voies pour offrir des services bon marché. De même, nous envisageons ensemble imaginer les moyens adéquats afin d’être plus efficaces sur la durée. Ces associations sont de grands vecteurs pour les formations, le lobbying et toutes formes de plaidoyer. En constituant des cautionnements mutuels, nous pourrons les accompagner et l’augmentation de l’accès aux financements en attendant des fonds de garanties et augmenter leur crédibilité auprès de leurs partenaires.        

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire