loader

Maroua: l’option des bâtiments conventionnés

Depuis près d’une dizaine d’années, les coûts des loyers n’ont cessé de grimper.

Les observateurs sont unanimes. Depuis l’implantation de l’université de Maroua en 2008, la mise à disposition des maisons à but lucratif rapporte de l’argent. En moins d’une décennie, les propriétaires d’immeubles qui cherchaient preneurs se frottent les mains. Il fallait trouver des bâtiments, non seulement pour abriter les bureaux et salles de cours, mais aussi pour loger le personnel et les étudiants. C’est dans cette logique que de nombreux immeubles ont été conventionnés ; beaucoup d’opérateurs économiques ont bien préféré céder ces locaux aux services de l’Etat pour gagner gros. En réalité, les prix des loyers sont montés crescendo depuis lors. Ces prix varient suivant l’offre et l’emplacement ; la qualité de l’ouvrage et le confort interne constituent des baromètres de détermination des prix, aussi bien que l’accessibilité à l’infrastructure concernée. Le revêtement du sol, les équipements que le locataire trouve, aussi bien que la loi de l’offre et de la demande permettent de fixer le prix des loyers. Selon les affirmations de Boubakari Abdoulaye, le délégué régional du Commerce de l’Extrême-Nord, l’administration qu’il représente n’a pratiquement rien à décider dans la fixation des prix des loyers.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire