loader

Projet d’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé: La pose des conduites d’eau à 27 km de Yaoundé

A la livraison des travaux annoncée pour la fin d’année 2022, un volume de 400 000 m3 d’eau par jour sera injecté dans le réseau.  

Le Projet d’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga (Paepys) imprime déjà sa marque le long des villages traversés, avant sa livraison annoncée pour l’année prochaine. D’Afamba, Mfoulou, Nkolmelen, Ekoumdouma, Nkometou, on aperçoit de nouvelles habitations, fruit des indemnisations des riverains. Le dynamisme est également perceptible par les activités économiques pratiquées le long de la route. Venant d’Obala, au lieu-dit Nkolguem, à 2000 mètres de la station de pesage de Nkometou, l’on a trouvé à l’ouvrage le 19 septembre dernier, des engins du génie civil, à l’œuvre posant les conduites d’eau de 1,80 mètre de diamètre.

Lancé en 2017, ce projet financé par Eximbank China pour un coût total de 399 milliards de F est exécuté par l'entreprise chinoise Sinomach. Il devrait mettre un terme au déficit en eau potable de la ville de Yaoundé, en apportant dans sa phase initiale un complément de 300 000 m3/j, puis 400 000 m3/j dans la phase d'extension. Sur 60 km de conduites d’eau à poser, une vingtaine a déjà été réalisée. Ce qui permet d’évaluer l’évolution des travaux à 27%. L’on précise que les travaux ont connu du retard du fait de trois contraintes. Il s’agit des indemnisations des populations riveraines le long du projet, de Batchenga à Yaoundé. De même que les rivières et les roches qui nécessitent plus de temps et d’investissements de la part des ingénieurs qui s’activent sur les différents sites depuis le lancement des travaux. Au niveau d’avancement des travaux, l’on observe un taux d’exécution physique et financière de 80%. Le taux de consommation des délais est de 78%.

Le gros œuvre de la station de captage et de pompage d’eau de Batchenga d’une capacité de 315 000 m3/jour abritant les équipements est achevé à ce jour. Tout comme les transformateurs installés sur le site. S’agissant de la station de traitement d’eau d’une capacité de 300 000 m3/jour, le taux d’exécution est actuellement de 98%. L’infrastructure bâtie sur 12 hectares est au point et à mesure de pomper de l’eau potable pour les ménages de Yaoundé, une fois les conduits d’acheminement de l’eau dans la capitale définitivement installés. Du côté de la station de pompage de Nkometou, les salles de commandes et le réservoir d’eau sont achevés. Tout à côté, la station de transformation de l’énergie électrique qui va permettre d’alimenter les équipements affiche un taux d’exécution de 94%. Au vu de l’avancée des travaux, indiquent les ingénieurs rencontrés sur le site, les premières gouttes d’eau sont attendues pour la fin d’année 2022.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire