loader

Chantier naval et industriel: Nouvelle AG convoquée hors délais

Programmée pour le 30 mars prochain à Douala, l’assemblée générale ordinaire statuera sur les comptes 2020 de la société, année marquée par des changements au sein de son top management.

L es états financiers de synthèse du Chantier naval et industriel du Cameroun (CNIC) pour l’exercice clos au 31 décembre 2020 seront soumis à l’approbation des actionnaires de l’entreprise le 30 mars prochain à Douala. C’est la date communiquée par le président du conseil d’administration, Louis Claude Nyassa, dans l’avis de convocation de cette assemblée générale ordinaire qui permettra d’arrêter les comptes 2020 du CNIC. Comme pour le précédent exercice (2019), ces assises se tiennent avec un retard. En effet, le rapport annuel 2020 de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR), relevait déjà ce problème, soulignant que c’est le 30 avril 2021 que les comptes 2019 de la société avaient été approuvés. « On continue d’observer des retards dans l’arrêt des comptes de la société qui restent hors délais légaux depuis plus de trois exercices. Il devient récurrent pour cette société de recourir à une ordonnance du Juge, mesure exceptionnelle, pour proroger le délai de tenue de l’assemblée générale ordinaire devant approuver ses comptes », indique le rapport de la CTR.

Fort de ce contexte, les techniciens du ministère des Finances ont travaillé sur la base des données issues de la déclaration statistique fiscale (DSF) provisoire et du rapport d’activités 2020 pour dresser la situation financière de cette société en 2020. Une année marquée par des changements au niveau du top management (nomination d’un nouveau directeur général et son adjoint, renouvellement des mandats des administrateurs et du commissaire aux comptes) et la suspension provisoire des activités courant avril 2020 en raison de la pandémie de covid-19. « Cette dernière s’ajoute aux difficultés déjà préexistantes depuis plus d’une décennie, à savoir la vétusté de son outil de production et sa perte de compétitivité », peut-on lire dans le rapport 2020 de la CTR.

Quid de la restructuration ?

Ce point n’est pas clairement inscrit à l’ordre du jour des assises du 30 mars prochain, mais les actionnaires pourraient bien en parler. Un plan de restructuration est mis en œuvre par le gouvernement depuis 2016 afin de viabiliser le CNIC. Pour l’heure, les résultats, tels que rapportés par la CTR, font état d’une amélioration des fonds propres de la société et l’accélération du processus de mise en concession des infrastructures du projet Yard pétrolier de Limbe dont la première phase était exécutée à 60% à fin décembre 2020. Toutefois, la si...

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire