loader

Groupe Ecobank: Cinq ans d’affilée sans dividendes

L’environnement difficile et la baisse des dividendes reçus des filiales entre autres raisons évoquées par le conseil d’administration qui a présenté les comptes 2020 aux actionnaires le 27 mai dernier.

L es actionnaires du groupe Ecobank ne percevront pas de dividendes pour le compte de l’année 2020, soit la cinquième d’affilée depuis 2016. « Aucun dividende n’a été versé depuis 2016 et ce sera de nouveau le cas au titre de l’exercice 2020. Comme vous vous en doutez, il s’agit d’une décision difficile à prendre pour votre conseil d’administration, mais l’environnement opérationnel difficile impose la prudence », déclare Alain Nkontchou, président du conseil d’administration dans le rapport annuel 2020 du groupe bancaire. En apportant ces explications, le PCA présente la situation d’un indicateur particulièrement suivi par les agences de notation, qui devrait rassurer les actionnaires. Il s’agit du ratio de double levier de Ecobank Transnational Incorporated (ETI), société mère du groupe Ecobank, qui présente les investissements dans les filiales du groupe rapportés aux capitaux propres. Ce ratio de double levier reste élevé et la distribution des dividendes pourrait l’accroître davantage, d’après M. Nkontchou. De plus, la capacité du groupe Ecobank à distribuer des capitaux a également été affectée par une diminution des dividendes reçus de ses filiales opérationnelles. La réduction par les banques centrales des niveaux de versements autorisées pour maintenir la sécurité et la solidité des systèmes financiers nationaux face à la pandémie de covid-19, n’a pas arrangé les choses. Générer un rendement sur les capitaux propres confiés par les actionnaires reste néanmoins une priorité pour le conseil d’administration. En dépit des progrès réalisés, le niveau atteint n’est pas encore celui souhaité. L’objectif visé par Alain Nkontchou –arrivé à la tête du conseil en juin 2020- dans le cadre de son mandat est de porter à moyen terme ce rendement des capitaux propres à 20% ou plus à l’échelle du groupe. La crise sanitaire et ses répercussions sur l’activité économique n’ont pas été sans effets sur les activités du groupe, notamment s’agissant de l’octroi de crédit. « Le groupe est prêt à assumer son rôle éminent de financement à mesure que la crise sanitaire se résorbera et que les économies africaines retrouvent leur niveau de fonctionnement habituel », a déclaré le PCA. 2016 a également été à Ecobank, l’année de l’implémentation de sa stratégie « Feuille de route vers le leadership » mise en œuvre sur cinq ans. « Au cours des trois premières années de notre stratégie, notre priorité a été de construire des bases solides. Par la suite, nous avons lancé la phase de consolidation et d’exécution afin de stimuler la croissance, en particulier au Nigéria et en CESA (Afrique centrale de l’Est et australe, région dans laquelle opère Ecobank Cameroun, Ndlr). Nous avons accompli énormément de choses ces cinq dernières années, même s’il reste des domaines dans lesquels nous devons assurer une exécution durable », confie le directeur général du groupe Ade Ayeyemi, dans sa revue. La banque a fermé environ 578 agences physiques et réduit d’environ 5 500 le nombre de collaborateurs depuis 2015 au terme d’une optimisation des effectifs.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire