loader

Pétrole: L’or noir au bout du déclin ?

L’or noir serait-il au bout de déclin ? Des experts mandatés par le ministère français des Armées viennent de faire l’amère constatation. Durant un an, ils ont évalué le risque d’approvisionnement du pétrole pour l’Europe. L’on apprend de cette enquête que l’inéluctable pic pétrolier se rapproche chaque année un peu plus. Les experts relèvent dans leurs conclusions que ce déclin du pétrole proviendrait au cours des prochaines années des découvertes de nouvelles explorations et de la gestion durable de cette matière première. Pire, prédisent-ils, le rythme des découvertes au cours des prochaines années sera conditionné au marché. Après 2030, aucune découverte ou exploitation de champs déjà identifiés ne devrait permettre d’enrayer la baisse qui sera alors irréversible, apprend-on. C’est avec un baril à 80 dollars (42 941 F) au moins que les nouveaux investissements requis pourront se faire, estiment les experts du ShiftProject, le think tank à l’origine de l’étude. Le prix du baril du Brent s’est retrouvé à 70,80 dollars (37 923 F) le 1er juin dernier, avec une légère hausse (+1,69%). Au cours des cinq derniers jours, cette variation cumulée affiche (+3,46%). Sachant que les explorations à mener demain seront plus coûteuses, car elles se feront sur des gisements moins accessibles, moins importants, et plus contraignants en termes de technologies, analyse Rfi, dans sa chronique des matières premières, au lendemain de la publication du rapport. Le 35e rapport Cyclope sur les marchés de matières premières publié dans la foulée le 26 mai dernier est tout aussi inquiet pour l’avenir du pétrole. Depuis mars 2020, après avoir touché le fond au début de la pandémie (autour de 18 dollars le baril en avril 2020), le cours du Brent était rythmé par l’évolution du covid-19 au sein des pays exportateurs. Un scénario qui préoccupe les pays producteurs dont le Cameroun fait partie. Sur fond d’incertitudes du fait de la pandémie, le pays a tablé sur un prix moyen du baril du pétrole à 43,8 dollars le baril, soit environ 23 340 F. Selon les projections contenues dans la loi de Finances de l’exercice en cours, le Cameroun ambitionne de collecter 393 milliards de F au titre des recettes pétrolières, un objectif à portée de main, au regard de la tendance actuelle du marché.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire