loader

Produits alimentaires: Fruits, légumes et céréales peu accessibles

L ’Institut national de la statistique (INS) vient de publier sa note sur l’évolution de l’inflation au cours du premier trimestre 2021. Sur les trois premiers mois de l’année, le niveau général des prix a augmenté de 0,1% en comparaison au dernier trimestre 2020. Par contre, sur les douze derniers mois, la moyenne est de 2,3% à fin mars 2021. A l’origine de cette flambée, le regain des prix des produits alimentaires (+3,4% après +3,1% en mars 2020) et des boissons non alcoolisées. La progression des prix des produits alimentaires a été soutenue par le renchérissement des prix des fruits (+9,6% après 8,9% en 2020), des légumes (+6,6% après 7,9% en 2020), des pains et céréales (+4,5% après +1,5%). Par rapport au premier trimestre 2020, les prix des produits alimentaires ont augmenté de 2,8% au premier trimestre 2021. « Cette tendance à la hausse des prix des produits alimentaires reste en phase avec la variation de l’indice FAO des prix des produits alimentaires, qui suit l’évolution mensuelle des cours internationaux des produits alimentaires de base les plus couramment échangés », explique l’INS. L’indice de la FAO a augmenté de 17,4% sur les trois premiers mois de l’année. En interne, la spéculation des commerçants distributeurs du fait de la réduction de la mobilité au niveau des frontières ; la faiblesse de l’offre des produits agricoles due aux changements climatiques qui perturbent les cycles agricoles et l’insécurité persistante dans certaines régions du pays comptent parmi les facteurs ayant favorisé la hausse des prix des produits alimentaires. A côté de ces causes, l’approvisionnement limité des grands centres de consommation en raison de la dégradation de certains axes du réseau routier ou ferroviaire, la transmission de la hausse des prix mondiaux, en particulier la progression ininterrompue des prix des céréales, des huiles végétales, des produits laitiers, des viandes et du sucre sur le marché mondial. L’INS souligne par ailleurs dans sa note, que la poussée inflationniste des prix des produits alimentaires a pu être contenu grâce aux mesures d’atténuation du choc de la pandémie de covid-19 prises par le gouvernement. Ces dispositions ont permis de veiller à ce que la chaîne d’approvisionnement des marchés en produits alimentaires ne soit pas trop perturbée et à maintenir la stabilité des prix afin de garantir une performance économique régulière.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire