loader

Safacam: Une certification contestée par les riverains

Le processus ayant abouti à sa délivrance n’aurait pas, de l’avis des communautés, intégré leurs préoccupations.

Selon la Synergie nationale des paysans et riverains du Cameroun (Synaparcam), le certificat RSPO (Table ronde sur l’huile de palme durable en français; Ndlr) délivré à la Société africaine forestière et agricole du Cameroun (SAFACAM) le 30 décembre 2020, présente des défaillances. La plateforme l’a fait savoir au cours d’une conférence de presse organisée le 1er juillet dernier à Yaoundé. Le président de la synergie, Emmanuel Elong, estime que le processus de certification (engagé en 2018) n’a pas tenu compte de la consultation des communautés. « On n’a pas pris en compte les populations. Une réunion élargie aurait été intéressante pour que les véritables problèmes des communautés soient adressés. L’audit doit être inclusif et prendre en compte toutes les sensibilités », explique M. Elong.

A en croire Catherine Ngalle epse Bakamba, représentante des femmes de la communauté de Dikola, le rapport d’audit de la certification RSPO ne cite même pas leur village qui est pourtant riverain de l’entreprise. Après une étude réalisée de décembre 2020 à janvier 2021 auprès des représentants de quatre villages affectés par les plantations de Safacam (Dikola, Koungué Somsè, Koungué Lac Ossa et Nsèppé Elog-Ngango), Guy Patrice Dkamela indique que « certains principes de certification ne semblent pas respectés ». Il évoque entre autres le non-respect du principe du consentement libre et informé préalable (CLIP) et le fait que l’auditeur essaie d’éviter les questions de terre qui sont historiques et dont les solutions ne sont pas faciles pour les agro-industries.

Au niveau de la Safacam, les responsables disent ne pas avoir de déclaration à faire. Les recherches menées sur le site web de l’entreprise font tout de même état de ce que la Safacam attache une grande importance au fait de collaborer avec les villages riverains et apprécie leur esprit entrepreneurial. L’entreprise dit également mettre l’accent sur l’amélioration des partenariats avec les communautés riveraines. Dans un tout autre registre, la Safacam réitère sur son compte Facebook que, dans le souci de préserver l’environnement et d’assurer la gestion durable de la faune et de la flore, elle a identifié des zones tampons autour des cours d’eau permanents. Ces zones, soutient l’agro-industrie, sont à haute valeur de conservation et bénéficient d’un encadrement particulier en collaboration avec les services de la conservation.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire