loader

Gabon: Hausse du chiffre d’affaires des assureurs

Sur les six premiers mois de l’année, l’ensemble des primes émises est évalué à plus de 64 milliards de F, en hausse de 3,58% par rapport à la même période en 2020.

Alors que l’économie gabonaise – comme l’ensemble de la machine mondiale – subit encore l’impact du covid-19, le secteur des assurances continue d’afficher bonne mine. Les chiffres de la Fédération gabonaise des sociétés d’assurances (FEGASA) l’indiquent à suffisance. Au plus fort de la pandémie en 2020, le secteur a enregistré une hausse de son chiffre d’affaires de 2,63%, le faisant passer de 101,4 milliards de F à fin décembre 2019 à 104,1 milliards de F à fin 2020. Alors que l’incertitude se poursuit, les premières tendances du marché pour l’année en cours sont plutôt rassurantes. Sur les six premiers mois, l’ensemble des compagnies opérant au Gabon a émis des primes pour un montant de 64,23 milliards de F, en hausse de 3,58 % en glissement annuel, selon les statistiques de la FEGASA relayées par Atlas Mag. Les données fournies par la FEGASA montrent en outre une belle progression des émissions de primes dans la branche vie (+23,96%) qui s’établissent à 12,162 milliards de F.

Cependant, le marché gabonais de l’assurance reste porté par la branche dommages qui totalise 81,06% de parts. Les compagnies de cette branche ont enregistré un chiffre d’affaires de plus de 52 milliards de F au cours de la période sous revue. Malgré ces performances encourageantes, la Fédération est résolue à pénétrer davantage le marché. Le 2 juin dernier, des membres de la corporation se sont entretenus avec Serge Christian Piron, directeur général adjoint des marchés publics, a rapporté la presse locale. Au cours de la rencontre, la FEGASA a plaidé afin de rendre obligatoire la couverture de certains risques dans le secteur de la commande publique. Une mesure qui permettrait de booster les performances des assureurs. Toutefois, le plus grand défi de ces acteurs est de convaincre des milliers de potentiels clients, dans un pays où le taux de pénétration de l’assurance stagne en dessous de 2%.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire