loader

Techniques: A l’école de l’emballage et de l’étiquette

Des enseignements ont été dispensés à Douala avec le concours de l’Union européenne à la demande d’organisations professionnelles de l’agroalimentaire.

Si les mesures statistiques de la consommation des produits alimentaires issus de manufactures ne sont pas disponibles, il suffit « d’entrer dans une boutique dans un quartier ou dans un supermarché et vous verrez si l’offre locale est simplement réellement visible pour ne pas parler de faire face à la concurrence », claironne Colette Booto à Ngon. Elle est l’une des facilitatrices des classes de techniques de packaging et d’étiquetage organisées à Douala du 18 au 20 août 2021 à l’initiative d’associations de producteurs Made in Cameroon, de l’Union européenne et de l’agence en charge de la normalisation, entre autres.

La formation se destinait à équiper une quarantaine de patrons de très petites et petites entreprises, de sorte qu’ils puissent mieux répondre aux exigences du marché. Dans le programme : des exercices théoriques, en quantité dominante, et des épreuves pratiques. Ainsi a-t-on pu y entendre que l’emballage est d’abord et avant tout une protection physique et sanitaire. Il conserve l’aliment commercialisé de manière à éviter la détérioration ou plus grave, la contamination par des éléments dangereux pour la santé du consommateur. Bien qu’il remplisse d’autres fonctions dont celle de l’esthétique, élément de marketing pour retenir l’attention du client via le design et la couleur notamment.

L’enjeu économique caché derrière l’étiquette est similaire. « Chaque producteur ne peut pas suivre les boissons ou les biscuits qu’il met sur le marché pour expliquer leurs valeurs, les contenus, etc. Voilà pourquoi étiqueter est important », souligne Mme Booto à Ngon. En l’occurrence, les Pme invitées à la formation n’avaient pas toujours auparavant compris les règles. Celles des allégations interdites par exemple, qui excluent telles mentions si courantes dans certaines formules publicitaires : « cet aliment fournit tous les éléments nutritifs nécessaires durant votre journée de travail… ». De la norme halal (conforme aux exigences de la loi islamique) aux mentions obligatoires, pour beaucoup, la confusion et même l’ignorance se dissiperont après les échanges.

Première manche d’une série longue, selon le Dispositif d’appui à la compétitivité du Cameroun (DACC), instrument de l’Union européenne, bailleur de fonds de l’opération, les classes de packaging concernées sont le fruit des accords de partenariat économique. D’autres rencontres éducatives devraient suivre dans les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie, des cuirs, peaux et textiles.

Evolution des importations de sacs et sachets d’emballage

2017

2018

2019

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

7 352

8 148

6 764

8 447

2 570

4 337

Source : INS, Commerce extérieur du Cameroun, 2019.

               Quantité en tonnes : Valeur (en millions de F)

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire