loader

Organisation des pays producteurs de pétrole: Le Congo-Brazzaville assurera la présidence dès 2022

Décision prise à la suite de la visite du secrétaire général de l’organisation du 22 au 25 août dernier dans le pays.

 

Pour la première fois, un responsable de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) s’est rendu au Congo Brazzaville, quatrième producteur de pétrole au sud du Sahara, loin derrière le Nigeria, l’Angola et la Guinée équatoriale. Mohammed Barkindo, secrétaire général de l’OPEP, y a effectué une visite du 22 au 25 août dernier, à l’issue de laquelle le pays a été choisi pour assurer la présidence tournante de l’organisation à partir de 2022. Il s’agira pour le pays, d’augmenter la production pour assurer une meilleure accessibilité des populations à toute forme d’énergie, d’assurer la transition énergétique pour limiter les impacts du changement climatique, selon le site Africanews. Mohammed Barkindo a d’ailleurs affirmé dans un communiqué de presse que : « Le Congo a un rôle essentiel à jouer dans l’industrie de l’énergie mondiale et l’OPEP prévoit de l'encourager ».

De manière chronologique, le Congo-Brazzaville est devenu producteur et exportateur du pétrole à partir de 1973 avant de rejoindre l’OPEP en 2018, reléguant ainsi le bois au second rang. Les réserves prouvées du pays s’élèvent à 2,9 milliards de barils pour une production journalière de 336 000 barils, d’après l’Agence France Presse (AFP). Cette production est assurée à 68% par le groupe français Total dont le contrat d’exploitation du terminal de Djeno (où est stockée la production venant de tous les champs) a été renouvelé en 2020 pour 20 ans. Deux autres compagnies étrangères (italienne et américaine) se déploient également dans le pays. Toutefois, Brazzaville dispose de sa propre compagnie : la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) depuis 1998. La ville abrite également le siège de l’Association des pays africains producteurs du pétrole (APPO). Le secrétaire général de l’OPEP, Mohamed Barkindo a évoqué l’une des résolutions prises à l’issue de son séjour en ces termes : « J’aimerais rassurer les investisseurs que nous au sein de l’OPEP, allons continuer à travailler en faveur du leadership des pays africains membres de cette organisation ».

Ces dernières années, le Congo a connu une baisse de ses revenus pétroliers occasionnée entre autres par la réduction de la production pétrolière décidée par l’OPEP pour maintenir l’équilibre des marchés, apprend-on du site Africanews. Pour élargir son assiette fiscale, le gouvernement local a annulé les exonérations fiscalo-douanières accordées aux sociétés pétrolières qui y évoluent depuis plus de 30 ans.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire