loader

Société nationale des hydrocarbures: Des signaux positifs du marché pétrolier

Pour l’année en cours, l’entreprise surfe sur la vague de la remontée des cours de l’or noir et la reprise de la demande mondiale.

Sur les six premiers mois de l’année en cours, le prix moyen du Brent Daté, référence des bruts camerounais s’est fixé à 64 dollars le baril. Pour la société nationale des hydrocarbures (SNH), c’est un prix nettement meilleur que celui auquel il s’est vendu en 2020. Dans le dossier bilan consacré à ses activités publié dans son magazine d’informations SNH Infos, l’entreprise fait notamment savoir que la pandémie de coronavirus a affecté le marché pétrolier, avec des cours qui ont dégringolé « jusqu’à atteindre leur plus faible valeur depuis 2002, soit 13,24 dollars par baril le 21 avril pour le Brent Daté ». La remontée est donc suffisamment significative pour faire dire à Adolphe Moudiki, administrateur-directeur général, dans son éditorial, qu’il s’agit d’un « bon départ ». Depuis le début de l’année, les cours de l’or noir ont augmenté de 35%, passant de 50 à 68 dollars le baril.

A côté de l’embellie observée sur les prix (sur fond de reprise économique en Chine), le marché pétrolier envoie d’autres signaux positifs. Il s’agit de la reprise de la demande envisagée au niveau mondial cette année. La SNH cite à cet effet le rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) de juin dernier, qui table sur un rebond de la demande mondiale à 5,4 millions de barils par jour (mb/j) cette année, après la chute record de 8,6 mb/jour enregistrée en 2020. « Toutefois, la prudence reste de mise au regard des risques de surabondance de l’offre, malgré les efforts de coordination de l’OPEP et des menaces de résurgence de la covid-19, accentuées par l’apparition de nouveaux variants », déclare Adolphe Moudiki. Pour limiter les effets de cette pandémie sur son activité, la SNH s’est organisé en interne. Comme indiqué par l’ADG, les opérations de forage de divers puits de développement se poursuivent dans les associations Rio Del Rey, Moabi et bientôt Bolongo. L’entreprise évalue à 19,52 millions de barils, les réserves d’huile associées à ces forages fermes du programme des travaux 2021.

S’agissant du gaz, la SNH continue de ravitailler le marché national en gaz domestique. Idem pour la fourniture en gaz de la centrale thermique de Kribi et des industries implantées à Douala. L’équipe-projet mise en place en décembre 2020 pour mener les études en vue du développement des ressources gazières du champ Etindé est toujours à pied d’œuvre. Parallèlement, les discussions se poursuivent avec la Guinée équatoriale au sujet du développement du champ gazier transfrontalier Yoyo/Yolanda.

La production nationale d’hydrocarbures s’est établie à 39,374 millions de barils équivalent pétrole (bep) en 2020, en hausse de 3,41%. S’agissant du pétrole brut, la progression est de l’ordre de 2,16% à 26,556 millions de barils, soutenue par la mise en production de nouveaux puits. Tendance haussière également pour le gaz naturel qui augmente de 5,42% à 83 280,33 millions de pieds cubes à la même date. Le gaz de pétrole liquéfié (GPL) a lui aussi suivi la courbe avec une production de 44,060 m3, en hausse de 6,16%. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire