loader

MAGZI: L’acquisition de 201 hectares à Mbankomo fait polémique

Le montant de 1,6 milliard de F débloqué pour indemniser les populations serait dérisoire.

Du 22 au 24 septembre dernier, le préfet du département de la Mefou-et-Akono (région du Centre), Antoinette Zongo, a tenu des séances de travail dans l’arrondissement de Mbankomo avec les populations de Nomayos 2, Nomayos 1 et Binguela 1 respectivement. L’objectif de la concertation était d’informer sur l’imminence de l’opération d’indemnisation des personnes victimes de perte de droits et destruction de biens dans le cadre des travaux d’aménagement d’une zone industrielle au bénéfice de la Mission d’Aménagement et de gestion des zones industrielles (MAGZI). D’après l’autorité administrative, un montant de 1,6 milliard de F (1 629 442 F pour être précis) sera remis aux personnes dont les droits ont été atteints par cette opération. L’indemnisation pourrait se faire à la fin du mois d’octobre prochain, si tout se déroule normalement, fait savoir Antoinette Zongo.

Seulement, le message tenu par le préfet semble ne pas passer auprès des populations qui déplorent un accaparement des terres. « On est en train de prendre 200 hectares qui sont du domaine privé car au moins 80% des terrains concernés sont immatriculés. Certains titres fonciers datent même du temps de la grande Mefou. Ce sont les terrains de nos ancêtres où il y a leurs tombes et nos forêts sacrés », déplore Sa Majesté Sylvestre Ottou Nguini, chef de bloc à Nomayos 1. A sa suite, le chef du village Nomayos 2, Sa Majesté Pierre Marie Tabi, craint de voir ses populations devenir sans abris. « J’ai des familles qu’on rase complètement en route et en brousse. Toutes ces familles vont aller où ? Je demande des zones de recasement pour les autochtones », explique-t-il. Pour le moment, le recasement n’est pas à l’ordre du jour. Le préfet a déclaré qu’elle rendra compte à qui de droit.

Plus de 200 familles ont été identifiées, dont à peu près 75 familles à Binguela 1 et autant à Nomayos 1. Par ailleurs, le montant de l’indemnisation ne fait pas l’unanimité. D’après la mercuriale, le prix du mètre carré est de 2000 F, précise le préfet. Pour les populations, l’administration est en-deçà de ce qu’elles devraient avoir, parce que les terrains vendues dans la localité coûtent déjà 5000 F, 10 000 F voire 20 000 F. En outre, le montant de 2000 F concerne uniquement les personnes détenant un titre foncier, a laissé entendre Antoinette Zongo. Tout en indiquant que ceux qui n’en disposent pas doivent produire leurs certificats de vente de terrain pour que la commission d’évaluation puisse statuer. 15 titres fonciers sont concernés par l’opération d’indemnisation. A l’heure actuelle, la MAGZI est déjà descendue sur le terrain pour matérialiser le site avec les bornes. L’enjeu, pour l’entreprise, est de créer de nouvelles zones industrielles pour une plus grande couverture du territoire national.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire