loader

Normalisation et qualité: Clés de succès de l’entreprise et de la croissance économique

L’ouvrage intitulé « Normalisation et qualité, clés de succès de l’entreprise et de la croissance économique », de Martin Yankwa sera dédicacé le 11 novembre prochain à Yaoundé, au cours d’une cérémonie que présidera le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, Gabriel Dodo Doke, auteur de la postface. Publié éditions AFREDIT et préfacé par Roger Tsafack Nanfosso, le livre présenté à la presse le 5 octobre dernier est le fruit de 20 ans d’expérience de son auteur dans le domaine de la normalisation et de la qualité.

La norme, outil de la qualité, gouverne le monde. Elle a un impact particulier sur la qualité au niveau de l’entreprise, des pouvoirs publics et de l’enseignement.

Au niveau de l’entreprise, la mise en conformité des produits aux normes de qualité est essentielle non seulement pour l’amélioration de leur compétitivité sur le marché local face aux produits importés, mais également à l’exportation. De même, l’implémentation d’une démarche qualité de type ISO 9001 ou ISO 45 001 améliore substantiellement la productivité au sein des entreprises, qu’elles soient grandes ou petites, et améliore la sécurité des équipements de production et des travailleurs. Dans les deux cas, les bénéfices desdites entreprises augmentant de 5 à 10 %, sans investissement substantiel. L’auteur présente dans ce livre, la démarche à suivre pour la mise en conformité de nos produits et services, ou de l’entreprise aux normes de qualité. Une approche simple mais qui en cas de nécessité, est facilitée par un consultant. Cette démarche est impérative à la survie de l’entreprise (producteur indépendant, coopérative, PME ou grande entreprise) face à la concurrence mondiale.

L’auteur cite pour exemple la société Samsung qui malgré la crise asiatique, voire mondiale est restée une référence dans l’électronique et les activités financières, grâce à l’appropriation de trois concepts : la qualité totale, la globalisation et l’ingénierie (management normatif). A ce propos, Célestin Tawamba, président du groupement interpatronal du Cameroun (GICAM), dans sa note de lecture de ce livre écrit : « la qualité permet à l’entreprise d’améliorer sa compétitivité et de gagner des parts de marché. Elle doit être perçue comme un investissement et non une charge. Donc, elle est rentable…J’invite le secteur privé à s’approprier ce livre qui est pratique et original. »

Concernant les pouvoirs publics, il est admis que le succès discret du DSCE (Document de stratégie pour la croissance et l’emploi, Ndlr) impose à travers la SND30 (Stratégie nationale de développement 2020-2030, Ndlr) un changement de paradigme pour faire de la vision 2035 une boussole sûre pour le développement du Cameroun. Si ce changement soutend un nouveau modèle de croissance économique tiré par l’industrie manufacturière, l’appropriation des normes et de la qualité est le socle, et encore c’est un euphémisme, de cette industrialisation. En effet, elle nécessite une forte production industrielle locale (Made in Cameroun) conforme aux normes pour s’imposer au niveau national et international, afin d’inverser la tendance déficitaire de notre solde commercial (-1409 milliards de F en 2020) et impulser une croissance à deux chiffres.

De même, la norme est un puissant outil de régulation et d’intelligence économique, notamment de protection des entreprises locales, fortement utile à la mise en œuvre de la SND30, dans le cadre de la protection de l’espace économique national. L’auteur cite pour exemple le secteur de la farine de froment qui, sinistré en 1999 avec six usines condamnées à fermer en raison de la concurrence des importations, est aujourd’hui en pleine expansion avec 14 usines performantes, devenues pour la plupart exportatrices grâce d’une part, à l’adoption et l’application de la norme de la farine de froment au Cameroun, et d’autre part à l’engagement des entreprises dans le management par la qualité et la sécurité. En protégeant par la norme l’industrie locale, une demande solvable est ainsi laissée aux champions nationaux existants ou à créer, pour une offre de production conséquente, socle de la création d’emplois et de la croissance.

Pour ce qui est enfin de l’enseignement, l’auteur rappelle que notre pays, dans le domaine de l’enseignement supérieur n’est pas bien loti dans le palmarès mondial des meilleures universités. Aussi, nos universités, de même que les Instituts privés d’enseignement supérieur (IPES) dont la création se fait aujourd’hui à un rythme exponentiel, trouveront le plus grand bonheur à la mise en œuvre de l’assurance qualité, gage de production des compétences et d’amélioration de leur palmarès face à leurs homologues au niveau mondial. D’ailleurs le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur accorde la plus haute priorité à l’assurance qualité. A ce propos, le Professeur Robert Nzengwa, doyen de l’ex faculté du Génie industriel de l’Université de Douala, dans sa note de lecture de ce livre, écrit : « la non-qualité coûte chère à l’entreprise et à la formation, d’où l’intérêt de ce livre qui contribue à la vulgarisation des notions de norme et qualité, d’assurance qualité et à la conscientisation des acteurs…En appliquant les principes contenus dans ce livre, ils seront plus efficaces ».

« L’implémentation d’une démarche qualité de type ISO 9001 ou ISO 45 001 améliore substantiellement la productivité au sein des entreprises, qu’elles soient grandes ou petites, et améliore la sécurité des équipements de production et des travailleurs. Dans les deux cas, les bénéfices desdites entreprises augmentant de 5 à 10 %, sans investissement substantiel ».

« La norme est un puissant outil de régulation et d’intelligence économique, notamment de protection des entreprises locales, fortement utile à la mise en œuvre de la SND30, dans le cadre de la protection de l’espace économique national ».

« En protégeant par la norme l’industrie locale, une demande solvable est ainsi laissée aux champions nationaux existants ou à créer, pour une offre de production conséquente, socle de la création d’emplois et de la croissance ».

Martin YANKWA, auteur de ce fascicule est Ingénieur statisticien-économiste, ancien sous-directeur de la normalisation de la qualité, directeur de l’industrie et inspecteur général du ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique.

Tel : 699 86 40 20.  Email : myankwa@|yahoo.fr

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire