loader

L’option des clusters dans les régions…

Au moment où les conseils régionaux sont en train de plancher sur leurs premiers budgets d’investissement pour 2022, il est bon d’attirer l’attention de ces acteurs du développement local sur l’importance des clusters qu’ils pourraient créer et développer dans leurs localités respectives. Pour résorber le chômage des jeunes dans nos villes et campagnes. Et surtout lutter contre l’exode rural galopant. A quoi renvoie le cluster ou le village pionnier, concepts très peu développés dans notre contexte national ? En fait, un cluster peut être appréhendé comme une petite unité constituée de chaînes de valeurs dans une spéculation donnée. On peut, par exemple, développer un cluster dans la filière maïs, en identifiant toutes ses chaînes de valeur, à savoir la production, la transformation, la distribution et la commercialisation. Et bien d’autres ressources humaines qu’on peut identifier. On peut développer un cluster dans un village pionnier ou dans un certain nombre de villages, et chaque village peut se spécialiser dans une des chaînes de valeurs identifiées. De manière concrète, on financera ceux qui font dans la production, ceux qui seront dans la transformation, ceux qui s’engageront dans la distribution de cette production et enfin ceux qui seront dans la commercialisation. Et le tour est ainsi joué.

Si on prend la filière avicole, l’une des filières la plus organisée dans le pays, l’Etat peut financer cinq ou six chaînes de valeur. En prenant le cas des producteurs de poussins d’un jour, on peut avoir des producteurs et éleveurs. Au niveau des éleveurs, on peut avoir deux catégories : ceux qui produisent les poussins de un à 21 jours et ceux qui prennent les poussins de 21 jours et plus. D’autres éleveurs pourront même prendre les poussins de un à 60 jours. Après cette chaîne de producteurs, on peut financer les structures vétérinaires ; ceux qui sont dans la production d’aliments (soja, maïs…). D’autres ressources sont également à prendre en compte. L’avantage du cluster est qu’il permet de créer des emplois à tous les maillons de la chaîne d’une filière, dans un bassin de production, dans un village donné, dans une commune précise, par le développement des chaînes de valeur. Les clusters fonctionnent ainsi comme des entreprises créées par des jeunes d’une localité donnée pour développer la filière. Ce sont des milliers d’emplois créés.

L’enjeu est qu’on aura développé la production, augmenté la production dans la spéculation ou la filière en question. Les jeunes étant occupés à travailler dans le cluster au lieu de vadrouiller. Par un effet d’entrainement, on pourra ainsi développer le secteur secondaire, via la transformation de la production supplémentaire. De même qu’on pourrait impacter le tertiaire, par le développement des services dans les localités ciblées. Etant donné que les clusters ont la particularité d’attirer des experts et autres accompagnateurs pour des services non-financiers. Les présidents de régions pourraient, dès lors, s’attacher les services des experts et spécialistes de clusters à l’effet de les implémenter dans leurs localités respectives. C’est une option fortement encouragée par l’Etat qui est en train de l’implémenter dans certaines localités du pays. Le ministère de la Jeunesse et de l’Education civique s’est inspiré de cette approche de cluster pour donner du relief au Plan triennal spécial jeunes, dans l’accompagnement des jeunes dans le Mbam et Kim notamment. Le modèle de cluster pourrait donc être développé à grande échelle par les conseils régionaux.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire