loader

Afrique-France: La quête prometteuse de ST Digital

Pour son plan de développement, la Pme a rencontré de potentiels investisseurs au récent sommet de Montpellier.

L a société ST Digital a participé aux rencontres économiques associées au récent sommet Afrique-France d’octobre à Montpellier. La pme qui s’est installée dans le paysage du numérique camerounais notamment à travers son datacenter de Douala y recherchait de nouvelles pistes pour son développement aussi bien en partenaires qu’en ressources financières. « Y être nous permet de faire connaitre notre savoir-faire et promouvoir le potentiel et l’expertise des acteurs africains qui sont souvent méconnus. Cela nous permet aussi de rencontrer d’autres sociétés avec qui nous pouvons nouer des partenariats. Par ailleurs, nous sommes en train d’opérer une levée de fonds pour étendre notre offre du cloud 100% africain à d’autres pays africains notamment en Zone Cemac et en Zone Uemoa. C’était donc l’occasion de rencontrer certains investisseurs », a expliqué le directeur général de ST Digital, Anthony Same. Les objectifs du voyage sont atteints et l’entreprise se satisfait d’avoir « eu effectivement de très bons retours ». Sans plus, stratégie et confidentialité obligent. Mais son engagement, suivant l’évènement qui a suscité beaucoup d’intérêts auprès des participants, serait de répéter l’action. Spécialement, ST Digital estime pouvoir pousser son avantage de pionnière et profiter de la position géographique et stratégique du Cameroun ouvrant à la connectivité internationale via les câbles sous-marins. « Le pays est aussi la porte d’entrée d’autres pays de la région. En outre, il dispose d’une main d’œuvre qualifiée et bilingue », souligne M. Same. Ainsi son entreprise pourra-t-elle capter une part de ce marché croissant car l’Afrique, note-t-il, a besoin d’augmenter la capacité de ses datacenters. L’enjeu n’est pas cependant uniquement personnel, commentent les experts de la discrète Pme qui est pourtant au cœur d’une action « capitale ». Il s’agit autant de répondre à la demande en équipements que de défendre et protéger les informations emmagasinées. « Nous mettons en œuvre des mesures techniques et organisationnelles visant à protéger les données hébergées contre l’ingérence d’autorités extérieures à notre espace communautaire. Ce qui est un enjeu stratégique majeur dans le monde d’aujourd’hui », lance le DG. Un plus qui devrait parler aux victimes de la récente interruption généralisée et mondiale des services d’un des acteurs majeurs du numérique.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire