loader

Produits pétroliers: Une campagne lancée contre la manipulation frauduleuse

Elle s’est déroulée du 18 au 22 octobre dernier au cours d’un séminaire à l’intention des chefs de dépôts de la SCDP à Ngaoundéré.

S ous un arbre sur la route qui mène au quartier Hauts-Plateaux à Ngaoundéré, quelques jeunes papotent avec devant eux des bouteilles contenant un liquide clair. A cet endroit, des motos-taxis tout comme certains véhicules de transport et même des particuliers s’immobilisent pour se ravitailler de ce précieux liquide. Il s’agit du carburant frelaté communément appelé « Zoua-Zoua ». Cette parade est utilisée pour contrecarrer une panne sèche chez certains et pour d’autres, elle est utilisée pour son prix bas, soit 500 F le litre contrairement à la pompe où le même litre revient à pus de 700 F dans les stations-service. L’autre « avantage » du carburant frelaté, c’est que le client est servi en un quart de tour, au mépris des dangers liés à la manipulation de ce type de produits pétroliers dont les magasins de stockage se trouvent parfois dans les maisons d’habitation. Et créant à la moindre incartade, des incendies avec des pertes en vie humaines à la clé. La Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP) étant souvent indexée à tort dans la fraude des ses produits, elle a trouvé opportun de lancer une campagne contre la manipulation frauduleuse à l’endroit des chefs de dépôt du 18 au 22 octobre à Ngaoundéré.

A l’ouverture des travaux présidés par l’inspecteur général des services du gouverneur, Koue Gaskréo, représentant le gouverneur empêché, le directeur général adjoint de la SCDP, Gabriel Eteki Ebokolo a rappelé à toutes fins utiles les missions confiées à la SCDP par le gouvernement. Notamment celle de stockage et de distribution des hydrocarbures sur l’ensemble du territoire national en toute sécurité. Ceci, avec un accent particulier sur la vigilance, afin d’éviter les catastrophes à l’image de celle de Nsam (quartier de Yaoundé, Ndlr) dont les souvenirs sont encore frais dans les mémoires avec son lot de pertes en vie humaine, plus de 20 ans après. Dans ces structures opérationnelles que sont les dépôts éparpillés sur l’ensemble du territoire national, la sécurité doit être de mise.

Professionnalisme requis

Pour éviter certains dérapages liés à la manipulation, les responsables doivent se remettre à jour dans la mise en application de certaines directives avec un peu plus de professionnalisme. Ainsi, la population et le personnel seront à l’abri des accidents causés par l’usage maladroit ou inapproprié de ces types de produits. Placé sur le thème : « Dangers liés à la manipulation des produits pétroliers », les chefs des dépôts ont examiné pendant cinq jours tous les problèmes liés à l’exploitation avec une insistance sur les tournées des camions-citernes, la problématique des déclarations d’incident. « L’Etat perd d’énormes sommes d’argent, surtout au niveau des taxes qui ne sont pas perçues. Mais les plus grosses pertes sont celles en vies humaines. C’est pour toutes ces raisons que nous devons lutter contre ce phénomène de fraude », a indiqué le Dga de la SCDP, Gabriel Eteki Ebokolo. Et le représentant du gouverneur de se réjouir de cet engagement responsable et collectif de cette entreprise qui va permettre au patron de la région de l’Adamaoua de renforcer les actions en cours contre le carburant frelaté dans son territoire de commandement. Et c’est par des médailles que le personnel du Grand-Nord a été récompensé vendredi dernier.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire