loader

Une filière stratégique

Troisième produit d’exportation du Cameroun, source de devises et d’emplois, la banane dessert génèr

Dans le rayon des produits agricoles, la banane, fruit jaune, a le pouvoir de faire passer certains signaux de l’économie nationale au vert. Elle est le troisième produit d’exportation du Cameroun, derrière le pétrole qui représente plus de 40% des exportations totales du pays, et le bois en grumes ou scié qui occupe 15% des exportations nationales, selon l’Association bananière du Cameroun (Assobacam). Le regroupement estime à 198 634 tonnes, le volume de bananes exportées en 2021, contre 187 884 tonnes en 2020. Ce qui représente une hausse de 10 750 tonnes. C’est que, 2021 a connu la reprise des activités de la Cameroon Development Corporation (CDC), alors ralentie par la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. L’arrêt des activités de cette société étatique en 2018 a conduit à une mise en congés technique d’environ 5 000 travailleurs (sur les plus de 18 000 employés recensés en 2019), ainsi qu’à une baisse annuelle de recettes de l’ordre de 35 milliards de F. Les effets de sa reprise d’activités en 2020 n’ont pas tardé à se faire ressentir l’année d’après, en 2021. Cette même année, la société a exporté 16 779 tonnes de bananes, contre 6 168 tonnes un an plus tôt. Parallèlement, les Plantations du Haut Penja (PHP), principal acteur du secteur, s’en sont sorties avec 167 534 tonnes de bananes exportées en 2021, contre 166 762 tonnes en 2020. La filière se trouve donc sur une pente ascendante, encore plus avec la récente modernisation du terminal fruitier du port autonome de Douala (PAD), qui vient renforcer sa compétitivité. L’initiative de l’Union européenne fusionne avec les objectifs du plan de relance de la filière qui ambitionne une production de 500 000 tonnes de bananes à l’horizon 2030. En septembre dernier, le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, les ministères impliqués et les différentes sociétés productrices de banane ont planché sur les moyens d’atteindre cet objectif, notamment via la réhabilitation de bananeraies, la recherche de nouveaux pesticides, la dynamisation du secteur à travers le ministère des Finances et la direction générale des Impôts. Au plan de la fiscalité, la loi de finances 2022 pr&...

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire