loader

Prévenir vaut mieux que guérir !

L ’embellie observée sur le marché régional des valeurs du Trésor de la CEMAC profite grandement aux émetteurs, qui parviennent à mobiliser des ressources internes pour soutenir leurs efforts développement. Entre juin 2018 et avril 2022, l’encours des valeurs du Trésor a été multiplié par cinq, passant de près de 1 020 milliards de F à plus de 5 000 milliards de F. Ces ressources mobilisées représentent aujourd’hui 8 % du produit intérieur brut (PIB) de la sous-région, contre moins de 2% cinq ans plus tôt. Preuve d’un intérêt grandissant des investisseurs vis-à-vis de ce marché qui a amorcé depuis juin 2018 un tournant-clé, à la faveur de l’entrée en vigueur du nouveau cadre opérationnel de politique monétaire. Cette bonne santé n’épargne pourtant pas le marché des titres publics de tous risques capables d’anéantir les progrès déjà enregistrés jusqu’ici. C’est ce qui transparait, à l’analyse du profil des détenteurs des titres en circulation. A fin avril 2022, les établissements de crédit de la CEMAC détenaient sur le marché secondaire, 77,8% des valeurs du Trésor émises par les Etats, soit 3 945,3 milliards de F, le reste étant partagé entre les investisseurs institutionnels (13,1%), la BEAC (7,8%) et les personnes physiques (1,3%). Un leadership qui révèle aussi une trop grande exposition des banques. En effet, une défaillance des émetteurs sur le marché régional des valeurs pourrait créer quelques secousses sur le système bancaire sous régional, qui reste le principal socle de financement des économies et des Etats, en attendant d’être renforc&eac...

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire