loader

Emprunt obligataire « ECMR 6,25% net 2022-2029 »: 35 milliards de F supplémentaires retenus

Au terme de l’opération qui s’est soldée par une sursouscription, l’Etat a choisi de dépasser le pla

L ’Etat du Cameroun vient de boucler une sortie fructueuse sur le marché financier unifié de la sous-région. L’emprunt obligataire « ECMR 6,25% net 2022-2029 » a été souscrit à 119%, soit des offres au-delà de la demande initiale de 200 milliards de F faite par l’émetteur. En effet, d’après les résultats communiqués en fin de semaine dernière par le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, le montant total souscrit se chiffre à 239 milliards de F. Si le suspense autour de la capacité de l’Etat du Cameroun à réunir la somme sollicitée avait déjà été amoindri avec la prise ferme des co-arrangeurs de 180,5 milliards de F couvrant plus de 90% des besoins, l’adhésion d’autres souscripteurs restait elle aussi capitale pour l’émetteur, d’où le roadshow engagé dans certains pays voisins, notamment le Gabon et la République du Congo. Avec entre autres arguments, le rating souverain favorable des agences de notation à l’instar de Fitch et sa note B avec perspectives « stables » pour les obligations en monnaie locale et en devises étrangères attribuée au pays en décembre 2021. Idem pour Moody’s, quelques mois plus tôt.

Au terme des souscriptions auprès des établissements placeurs, 58,5 milliards de F ont pu être collectés de 390 investisseurs répartis entre le Cameroun, le Gabon, le Congo, la RCA, le Sénégal, la France et le Togo. Ainsi, au lieu des 200 milliards de F sollicités au départ, l’Etat du Cameroun a décidé de retenir 235 milliards de F, soit 35 milliards de F de plus. Un choix expliqué dans le communiqué de presse. « Fort de ce résultat satisfaisant, obtenu dans un contexte économique difficile, marqué notamment par l’incertitude des marchés financiers, le relèvement des taux directeurs des banques centrales et le renchérissement du coût de crédit, le ministre des Finances exprime sa profonde gratitude à la communauté des investisseurs qui a massivement souscrit à l’emprunt obligataire de l’Etat du Cameroun ainsi qu’aux autres parties prenantes pour leur accompagnement », peut-on lire dans le document. En effet, cette sixième sortie de l’Etat sur le marché financier (près de cinq ans après celle de 2018) s’est opérée quelques mois seulement après la décision de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) en mars dernier, de relever son taux directeur de 3,50 à 4...

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire